L’Errance de l’Hippocampe

L’Errance de l’Hippocampe

Hippocampe, définition : L’hippocampe est une partie du cerveau localisée dans le lobe temporal, dans chaque hémisphère. L’hippocampe est un des centres de la mémoire et du repérage dans l’espace. La maladie d’Alzheimer touche l’hippocampe, ce qui entraîne les pertes de mémoire et d’orientation. Un traumatisme qui atteint l’hippocampe peut causer une amnésie.

Imaginez un petit hôtel défraichi.

Pensez cet hôtel comme l’un des personnages de l’histoire qui va s’écrire. Peut-être pourrait-on dire qu’il est Le Lieu des errances de la mémoire, de l’Errance d’ Hippocampe.

Quatre personnes s’y retrouvent sans trop savoir pourquoi.
Ils semblent tous souffrir d’un black-out et ne se rappellent plus vraiment ce qui s’est passé avant… Avant quoi déjà ? Un accident ? Un choc émotionnel ?
Un traumatisme crânien ? Un AVC ? Une encéphalopathie ?

À moins qu’ils ne soient tous en train de rêver.
Chacun tente de recoller les morceau du passé, d’un passé possible.

Comme un voyage dans le temps et l’espace, dans les souvenirs et les fantasmes des uns et des autres, nous serons plongés dans des éléments du passé de chacun d’entre eux. Pêle- mêle et dans le désordre. Certains véridiques et d’autres complètement inventés ou puisés dans le stock d’interviews réalisées auprès de personnes présentant des troubles de la mémoire. Une manière d’interroger la véracité de nos souvenirs et en même temps le « vrai » au théâtre.

Après avoir créé L’Herbe de l’Oubli, l’idée de questionner la mémoire semble presque couler de source pour la compagnie Point Zéro.

Et à propos de « sources », si on remonte le fil du temps jusqu’aux mythes de la Grèce Antique, on découvre que la source de l’oubli n’est jamais très loin de la source de la mémoire et qu’elles agissent conjointement dans plusieurs rituels de passage sous le regard de Mnémosyne, la déesse qui donna son nom à l’amnésie.

L’Aventure de la Mémoire est certainement l’une des entreprises les plus passionnantes de l’espèce humaine ; elle s’écrit tant dans l’intime que l’universel. Comme s’il doutait de la fiabilité de sa mémoire, l’Homme va peindre, puis écrire sur des tablettes d’argile, sur du bois, du papyrus ou du papier, et enfin sur un clavier qui va envoyer ces signaux chiffrés dans l’univers de la toile.

La mémoire s’inscrit aujourd’hui dans un Big Data dont il est difficile d’appréhender l’étendue et la permanence.

À travers cette création nous voulons explorer les zones fragiles, profondes et secrètes de la mémoire et travailler sur l’endroit trouble où mémoire et onirisme se rejoignent.

Nous tenterons de nous approcher tout au bord du trou de mémoire, comme au bord d’un abîme noir et profond dans lequel l’esprit du spectateur pourrait bien s’engouffrer. Nous pensons ce spectacle comme une invitation à s’engager sur un chemin d’ordre visuel, sensitif et émotionnel ; à se forger son image personnelle de l’invisible ; à découvrir d’autres prismes du réel.

Tout au long du processus de notre création, nous avons animé un atelier de marionnettes avec des personnes qui, à la suite d’un accident de la vie, ont la mémoire troublée ; des images/témoignages de ces moments se mélangeront à notre récit.

Marionnettes, masques et prothèses, évolueront sur la scène comme pour composer une nouvelle identité caléidoscopique.
Musique, danse et mouvement animeront le corps des acteurs comme pour s’extirper de soi-même.

Décors et vidéos inviteront à sortir du cadre comme pour passer de l’autre côté du miroir.

Mémoire et Identité sont à ce point liés qu’on pourrait dire « Je me souviens donc je suis, ou encore On se souvient de moi, donc je suis ». Comme si ce travail de mémoire nous faisait exister davantage que notre propre enveloppe corporelle d’ici et maintenant.

Mais qu’advient-il alors si tout cela s’efface ? Si toute cette somme d’informations disparaît ou s’estompe ? Qui suis-je alors ? Pour moi ? Pour les autres ?

L’Errance de l’Hippocampe …

 

Distribution

Mise en Scène & écriture Jean-Michel d’Hoop. Assistanat à la mise en scène Lucile Vignolles. Avec Colline Libon, Taïla Onraedt, François Regout, Léopold Terlinden. Scénographie Camille Collin. Marionnettes Ségolène Denis, assistée de Céline Pagniez. Vidéo Yoann Stehr. Musique Boris Gronemberger. Lumières Xavier Lauwers. Régie générale Loïc Le Foll. Production/ Diffusion Nathalie Kamoun pour Point Zéro.
Photo©Patrick Galbats

Calendrier

du 1/12 au 12/12/2020 au Théâtre National, Bruxelles
du 15/12 au 19/12/2020 à L’Atelier Théâtre Jean Vilar, LLN

Un spectacle de la compagnie Point Zéro en coproduction avec le Théâtre National, la Fédération Wallonie-Bruxelles, l’Atelier Théâtre Jean Vilar, La Coop asbl et Shelter Prod. Avec le soutien de taxshelter.be, ING et du tax-shelter du gouvernement fédéral belge. Production en cours… 

Jean-Michel d’Hoop
jean-michel@pointzero.be

Nathalie Kamoun
nathalie@pointzero.be

Tel +32 (0)2 608 74 89
Rue du labeur 1 - 1070 Bruxelles

Contact technique
Loïc Le Foll
llf.loic@gmail.com

L’accès se fait par la rue du Labeur 1 - 1070 Anderlecht.
Bus: ligne 78 (arrêt Labeur), ligne 49 (arrêt Ile Sainte-helene). 
Sonnette Point Zéro.

 
Suivez-nous sur